Air Liquide, Groupe PSA, Schneider Electric, Valeo relèvent le défi de produire 10 000 respirateurs Air Liquide Medical Systems en réponse à la demande du Gouvernement

Paris, France, 31 mars 2020

Devant le besoin impérieux de disposer de davantage de respirateurs sur le territoire national, le Gouvernement a demandé le 22 mars 2020 à un groupement d'industriels français, piloté par Air Liquide, d'étudier la possibilité d’augmenter la production de respirateurs pour fournir 10 000 respirateurs en 50 jours, de début avril à mi-mai. En réponse à cette sollicitation, les sociétés Air Liquide, Groupe PSA, Schneider Electric et Valeo ont mis en place un groupe de travail d'une trentaine d’experts en achats et industrialisation afin de définir le plan d’actions nécessaire pour augmenter la production des respirateurs Air Liquide Medical Systems déjà référencés par de nombreux hôpitaux en France et à l’étranger. Ce défi industriel fera également appel à la contribution exceptionnelle de 100 entreprises partenaires pour assurer la fourniture des 300 composants essentiels à la fabrication de ces équipements médicaux.

Pour mémoire, Air Liquide avait déjà engagé un processus de triplement de sa capacité de production à la suite de la confirmation par le Ministre de la Santé mi-mars d’une première commande de 1.000 respirateurs à la société Air Liquide Medical Systems, filiale spécialisée du Groupe Air Liquide. Ces respirateurs de réanimation sont d’ores et déjà en cours de production par les équipes du site d’Antony; les deux tiers seront fournis aux établissements de santé avant la fin du mois d’avril.

Avec la nécessité d’augmenter de façon drastique le nombre de respirateurs face à l’aggravation de la situation liée au Covid-19 et pour répondre à la demande du Gouvernement, formulée par Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, de livrer un total de 10 000 respirateurs en 50 jours, Air Liquide coordonne un groupe de travail réunissant Groupe PSA, Schneider Electric et Valeo. Ce travail a abouti à une proposition au Gouvernement le 27 mars pour la fourniture de deux modèles de respirateurs d’Air Liquide Medical Systems, qui seront livrés en 6 semaines.

Cette action entraîne une mobilisation exceptionnelle et une démarche coordonnée des 4 grands groupes industriels avec pour objectifs la sécurisation des composants, la réorganisation des ateliers de production et l’implication de ressources supplémentaires pour assembler les éléments qui entrent dans la composition de ces respirateurs. 

  1. Sécurisation des composants - Près de 100 fournisseurs assureront l’approvisionnement des 300 composants qui constituent les respirateurs. Les experts achats d’Air Liquide Medical Systems travaillent en binômes avec les experts dédiés par les autres partenaires pour chaque domaine (mécanique et électronique) afin de sécuriser ces approvisionnements tout au long de la mise en oeuvre effective du projet.
  2. Réorganisation des ateliers de production - Les cadences de production de certains respirateurs vont être multipliées jusqu’à 70 grâce à la mise en place de 3 lignes supplémentaires, organisées en 3 équipes travaillant 6 jours par semaine. Un pré-assemblage du bloc mécanique des respirateurs sera effectué sur le site PSA de Poissy.  La dernière phase d’assemblage, le contrôle, la libération qualité seront effectués sur le site d’Antony, par les équipes d’Air Liquide Medical Systems.
  3. Implication de ressources supplémentaires - Pour compléter le travail effectué par les équipes d’Air Liquide, ce programme de production intensif nécessitera la mobilisation de 240 opérateurs supplémentaires, dont 185 à Antony et 55 opérateurs de PSA basés à Poissy.

Au titre de son engagement solidaire aux côtés des professionnels de santé et des autorités, Air Liquide s’est engagé à fournir ces respirateurs à prix coûtant et sans répercuter les coûts exceptionnels induits par la mise en place de ce programme industriel inédit.

Plus d’une centaine de respirateurs par semaine seront livrés jusqu’à mi-avril puis plus de 1.000 par semaine.

Une participation d’autres entreprises est également envisagée et en attente de confirmation selon les besoins complémentaires qui seraient identifiés lors de la mise en oeuvre effective du projet.

Téléchargez le pdf

top_page